Le souverain

Le pouvoir magique et religieux des empereurs était le reflet fidèle du Dao céleste ou naturel. Le souverain, représentant du Ciel, était astreint à une étiquette minutieuse qui adaptait son comportement aux rythmes naturels. Les rites étaient l’expression de l’ordre cosmique transposé dans la société humaine. De même, les fêtes saisonnières des paysans restauraient l’ordre naturel et la cohésion de leur structure sociale. Tout désordre dans le gouvernement provoquait une réaction du Ciel dont la colère se manifestait par des signes néfastes, puis par des catastrophes ; inversement la vertu impériale suscitait de bons présages et la venue  » d’êtres de bon augure « .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *