Les voyages en Chine

Le prochain voyage en Chine…

 

… est en phase de gestation.

Les précédents voyages en Chine

2016: A la croisée des mondes, la Route de la Soie, en automne.

Dans le Xinjiang, l’ancien Turkestan oriental, par des paysages époustouflants, de la route du Karakorum au désert du Taklamakan, de Kashgar aux grottes de Mogao, où mille peuples et pèlerins se rencontrent au travers des âges.

2014: Guerriers d’argile et bambous soyeux, en automne.

Au départ de la route de la soie, entre Fleuve Jaune et terre de loess, forêts profondes et pics nébuleux, dans le creuset de la civilisation chinoise.

2012: Vertiges urbains et douceurs champêtres, en automne.

Je vous laisse le plaisir de découvrir, ci-dessous, le descriptif de notre itinéraire au travers des paysages de la Chine du Sud :

2010: Esprit de Chine, en automne.

Province du Jiangxi: Nanchang, les monts Longhu, les monts Sanqing, la région de Wuyuan, Jingdezhen, les monts Lu, Jiujiang.
Façonnés par l’eau et les montagnes, riches de belles terres nourricières, depuis toujours, ces sites magnifiques ont imprégné l’imaginaire de célèbres artistes, philosophes et ermites. Hors des grands circuits touristiques, nous avons rencontré la Chine éternelle, accueillante et raffinée.

2006: A l’Est du Tibet, le Kham et l’Amdo, en été.

Exception à la règle, nous avons quitté les régions Han pour le Tibet. Pas Lhassa et sa région découvertes vingt ans plus tôt, l’hiver. Mais les pâturages bleus de l’Amdo et les pics plantés dans le ciel du Kham. Au cœur du voyage, un treck : une vingtaine de chevaux, autant de yacks, et une fameuse équipe de nomades pour faire aller tout ça. Un groupe formidable.
En compagnie de Gyurme Dordje, tibétologue.

2003: L’empereur, la montagne et le jardin, en automne.

Pékin, Xian, monts Hua, Chengdu, monts Qingcheng, Suzhou, Shanghai.
L’empereur, fils du ciel, relie le ciel et la terre. La montagne s’enracine dans la terre, se perd dans le ciel, exhale ses souffles de grosse bête bien vivante. L’ermite l’habite, entre terre et ciel, quête l’Origine au fond des grottes humides ou sur le bord des précipices. Le lettré, lui, a recréé l’univers en miniature dans son jardin, c’est là qu’il part à la recherche de lui-même.
Juste sur la fin de la crise du SRAS, la Chine effraie encore ; à Pékin quelques rares badauds déambulent dans la Cité Interdite tandis qu’à Xian le silence règne dans la tombe des soldats de terre de Qinshi Huangdi. Les monts Hua, pics hérissés de temples et pagodes à fleur de ciel, nous épuisent de vertige. Les monts Qingcheng, verte touffeur humide, offrent quelques jours tranquilles au creux d’un petit monastère adorable. Suzhou et ses jardins, puis Shanghai.

2001: Parcs publiques et jardins lettrés, en automne.

Pékin, Yangzhou, Suzhou, Hangzhou, Shanghai.
Qui se lancera un jour dans l’étude systématique de l’utilisation des parcs publiques dans les villes chinoises ? Selon l’heure on y pratique qigong, taijiquan et autres discipines apparentées, mais aussi la valse ou le tango, le chant choral, le jeu d’échec ou de majon, le jeu de cartes, on s’y exerce à la trompette ou au violon, on déroule le fil d’un cerf-volant, et tant d’autres activités fondamentales…
Dans les jardins lettrés, comprendre les liens entre l’architecture, les roches étranges, l’eau, les pleins et les vides, se fondre au cœur d’une nature idéale et se régénérer.

2000: Dans les montagnes sacrées, berceau du taoïsme, en été.

Pékin, les monts Wudang, Tunxi, Huang shan (monts Jaunes), les monts Qiyun, Shanghai.
Un voyage dans quelques-unes de ces montagnes qui acceuillent et nourrissent les peintre, ermites et poètes depuis toujours. En compagnie de Yang Gaozhen, un moine taoïste dont nous avions fait la connaissance au Temple des Nuages Blancs deux ans auparavant, qui nous initia à quelques très belles méditations….

1997 – 1998: Etude sur la situation du qigong à Pékin, entre Noël et Nouvel-An.

En pleine effervescence du qigong, peu avant que n’éclate l’affaire du Falunggong, nous avons été reçu dans divers milieux qui s’intéressaient au qigong ou le pratiquaient ; universités, religieux boudhistes et taoïstes, adeptes des arts martiaux, hôpitaux et groupes ésotériques, l’entousiasme pour cette discipline débordait de tous côtés. Il ne manquait plus guère qu’une visite aux militaires.

1995: Chine classique, en été.

Pékin, Xi’an, Canton, Guilin.
Palais, tombeaux et grande muraille, musées et paysages. A la découverte des hauts lieux classiques.

1994: La descente du fleuve Yangzi, en automne.

Pékin, Chongqing, Wuhan, Shanghai.
Une croisière ; le paysage défile doucement, des jeunes couples en voyage de noce ont tout le temps de papoter, la nourriture est excellente. Parfois on s’arrête pour une ballade sur les rives. Une forme de bonheur.

1993: Qigong à Pékin, au printemps.

Un stage de qigong sous la guidance de M. Li Zhinan, secrétaire général de la société chinoise de recherche scientifique de qigong de Pékin. Le matin, qigong. L’après-midi, visites des hauts lieux de la capitale et ses environs.